Bandeau stratégie 2030

La fédération Internationale de SOS Villages d’Enfants s’est posée cette question dans le processus d’élaboration de sa stratégie 2030 et partage ici le fruit de ses réflexions.

Actuellement, 570 millions d’enfants vivent dans la pauvreté. En outre, 150 millions d’enfants ont perdu au moins un de leurs parents, et nombre d’entre eux devront grandir seuls.

Les enfants sont par ailleurs fréquemment exposés à d’autres facteurs de risque : mauvais état de santé, discrimination fondée sur le sexe ou sur l’appartenance ethnique, violence, exploitation, exposition aux catastrophes naturelles, etc.

En effet, le nombre d’enfants dans le monde a augmenté : ils sont aujourd’hui 2,5 milliards. La moitié de la population enfantine vit en Asie et près de 30 % se concentre en Afrique et au Moyen-Orient. Le nombre d’enfants privés de prise en charge parentale ou risquant d’en être privés atteint à présent les 250 millions. Beaucoup d’enfants vivent dans des pays très pauvres : le monde des enfants de 2030 est donc particulièrement inégal et instable.

Les familles se sont significativement transformées, la famille élargie a quasiment disparu. Le taux de divorce augmente, tout comme les parents célibataires. L’instabilité des unions familiales stresse les enfants et affecte leur santé et leur bien-être.

Dans toutes les régions, les jeunes sont plus exposés au chômage que les adultes, ils ont également plus de risques d’occuper un emploi vulnérable. Ce risque est encore plus accru pour les jeunes filles. Du fait de la spécialisation incessante du travail, la société du savoir introduit des connaissances toujours plus complexes et spécialisées. La forte volatilité des marchés engendre davantage de contrats à temps partiel ou de courte durée, dépendants d’un projet spécifique par exemple. De même, de plus en plus de personnes travaillent à leur compte. Les travailleurs peu ou moyennement qualifiés sont confrontés à une concurrence croissante sur le marché du travail. De ce fait, il est de plus en plus difficile de s’assurer un emploi correct et de gravir les échelons.

Dans le même temps, les inégalités se sont accrues au niveau mondial. Notre groupe cible est donc toujours conséquent, et notre travail n’est pas moins important aujourd’hui qu’il ne l’a été au long des 68 dernières années.

Grâce à la prévention de la séparation des familles, au renforcement de la qualité de la prise en charge de remplacement et à une meilleure préparation des jeunes à l’autonomie, nous pourrons dans les années à venir contribuer à la réalisation de nos ODD prioritaires ainsi qu'à la mise en œuvre des Lignes directrices des Nations Unies relatives à la protection de remplacement pour les enfants, et avoir de ce fait un impact mesurable à l’échelle mondiale.