Bandeau bakollo

“Suite au décès de mon papa, ma maman Kadja, ayant à charge 8 enfants dont 3 atteints de méningite, ne pouvait plus subvenir à nos besoins quotidiens. Alors que la faim était devenue une réelle souffrance, que je partais chaque matin à l’école le ventre vide et que ma mère avait vendu tout ce qu’elle possédait, jusqu’à ses propres vêtements, SOS Villages d’Enfants Kara m’a ouvert ses portes et accueilli en son sein, à l’âge de 14 ans. J’ai tout de suite compris, grâce à un ami déjà présent au village, la chance qui m’était offerte de bénéficier d’un tel soutien et de grandir dans une maison familiale avec Tanti, ma Maman SOS. Malgré mon appréhension due au fait que j’étais nouveau au village, elle a su m’ apporter toute l’affection nécessaire à mon bon développement.

A mes 15 ans, SOS Villages d’Enfants Kara m’a proposé de choisir une orientation professionnelle. J’ai opté pour un apprentissage en menuiserie, de 3 ans, au Centre de Formation de Kara, avec le Père Antonio, financé par SOS Villages d’Enfants Kara. Dès mon diplôme obtenu, j’ai également profité d’un financement de leur part, pour mon installation: l’achat de l’outillage, la construction d’un apatam me servant d’atelier et enfin l’acquisition d’un stock de bois pour bien débuter mon activité.

Aujourd’hui, je suis patron de l’entreprise ECBE, Entreprise de Construction en Bâtiment et en Ebénisterie, qui emploie plus de 100 personnes sur tout le Togo.

Grâce à SOS Villages d’Enfants Kara, qui m’a suivi jusqu’à ma totale autonomie, j’ai atteint mes objectifs et suis responsable des devoirs que nous impose la vie. Je leur en serais à tout jamais reconnaissant et continue à mon tour à aider les enfants du Village SOS de Kara.”