Le village d’enfants SOS de Kara a ouvert ses portes en 1979. L’inauguration eut lieu le 18 novembre de la même année par le Ministre des Affaires Sociales et de la Santé du pays. Hermann Gmeiner, le fondateur des villages SOS, inaugura le village une seconde fois, après des agrandissements, le 26 février 1983.

Le village d’enfants SOS se compose de 10 maisons familiales, qui peuvent accueillir 100 enfants, ainsi que de la maison du directeur de village, d’une maison pour les tantes SOS (des mères SOS en formation ou des assistantes familiales), aidant les mères SOS dans les tâches quotidiennes ou les remplaçant en cas de maladie ou pendant les vacances, et d’une maison pour les hôtes. Il compte, en outre, un bâtiment administratif, 3 huttes de paille et un terrain de sport qui est toujours actuellement très fréquenté.

Dès ses débuts, le village d’enfants SOS de Kara a accueilli sur son terrain une école primaire, d’abord inaugurée en tant qu’école catholique. Depuis le 18 septembre 1995, celle-ci est devenue une école SOS Hermann Gmeiner. 420 enfants sont répartis dans ses 12 classes. Deux classes supplémentaires pour les travaux pratiques et une salle pour les cours particuliers ont été également aménagées.

Dans le jardin d’enfants SOS, des institutrices qualifiées prennent en charge jusqu’à 50 enfants venus du voisinage. Le jardin d’enfants comprend deux salles de groupe et une salle pour les cours particuliers.

Le centre médical SOS est ouvert depuis 1982 et a connu un agrandissement en mars 2002. Il accueille environ 30 000 patients par an et concentre son activité, sur la prise en charge des mères et de leurs enfants. Il comprend un dispensaire avec une clinique de jour, une pharmacie, un laboratoire et une salle d’accouchement. Les enfants souffrant de malnutrition ou malades, provenant des régions proches ou plus lointaines sont soignés dans le service des nourrissons, qui dispense également des cours aux mères, sur la nutrition et les soins apportés aux bébés.

En 1985, un foyer de jeunes SOS a ouvert ses portes à Kara. Il s’agit d’appartements loués, dans lesquels les jeunes ne sont plus pris en charge que par un éducateur, afin de leur permettre d’accéder à plus de responsabilités et d’autonomie. La même année, une grande ferme de 20 ha a été aménagée, ayant pour but de servir de centre de formation professionnelle SOS. Outre l’élevage de cochons, de moutons et de volaille, cette ferme donne aux jeunes la possibilité de suivre une formation et offre des emplois stables aux jeunes handicapés SOS. Le centre SOS de formation professionnelle est devenu au cours des années une institution modèle, qui dispense des conseils aux agriculteurs des environs.

Collège Technique Hermann Gmeiner (CTHG)

Ecole Primaire Hermann Gmeiner (EPHG) Kara

Hôpital Mère – Enfant (HME) Kara

Jardin d’Enfant SOS (JESOS) Kara

Présentation des structures de Kara

Centre Social SOS Kara (CSK)

bandeau CS Kara

Face à la paupérisation grandissante des populations de Kara, les structures SOS, en l’occurrence le Village d’Enfants et le Centre de protection maternelle et infantile, n’arrivaient plus à répondre aux nouveaux besoins sans cesse croissants des  communautés environnantes. Une étude diagnostic, effectuée à cet effet, avait révélé la nécessité de la création d’une structure, qui aurait pour mission de prendre en charge les femmes et les filles mère en vue de leur auto-promotion.  

La prise en compte de cette réalité a conduit à la création du Centre Social SOS de Kara. Dénommé Centre Social SOS de Développement et de Promotion Humaine(CSDPH), il est érigé juste en bordure de la route Kara – Kétao, à environ 1 kilomètre du coté est de la ville de Kara. Cette nouvelle structure a ouvert ses portes au public  le 18 Novembre 2004. Elle accueille spécifiquement les femmes, mères- célibataires et  jeunes défavorisés vivant dans un rayon de 10 kilomètres. Elle offre à son groupe-cible, ainsi défini, des séances d’appui /conseil et orientation, des formations à l’école de la vie, des appuis techniques et financiers aux initiatives d’activités génératrices de revenus, l’initiation aux technologies de l’information et de la communication  et  un soutien aux jeunes élèves et étudiants, à travers les prestations de la bibliothèque et de la vidéothèque.

L’accompagnement du groupe-cible dans son processus d’auto-promotion est assuré par deux équipes :

  • Une équipe technique composée d’une Coordinatrice, d’une Animatrice Sociale et de deux Agents de Promotion Sociale (APS) intervenant au niveau de la cellule  psychosociale du Programme SOS Kara.

  • Une équipe  de soutien composée d’une Documentaliste, d’un chargé  du Cyber café appuyé par le Responsable Service Informatique du Programme SOS, d’un agent d’entretien et du chauffeur.

Sur le plan architectural, le Centre Social comporte deux blocs :

  • le Premier bloc abrite:

    • Le personnel administratif;

    • La bibliothèque;

    • Le cyber café.

  • Le second bloc abrite:

    • Les salles d’écoute;

    • Les salles de formation;

    • Le bureau de l’animatrice sociale.

Deux esplanades sont aménagées pour des manifestations, festives ou de rencontres en plein air parfumé par le jardin bien entretenu,  qui donne au cadre un caractère attrayant.

Hôpital Mère - Enfant (HME) Kara

Bandeau HME Kara

CONTEXTE HISTORIQUE ET JUSTIFICATION

1982 : Création de l’infirmerie chargée de la nutrition des enfants abandonnés et des premiers soins médicaux aux autres enfants SOS.

1990 : Transformation de la petite infirmerie en centre de protection maternelle et infantile (PMI avec ouverture au public et des prestations gratuites). Quatre services le composent : la Nutrition, le Dispensaire, la Pharmacie et le Laboratoire.

1998 : Prestations payantes et initiation du projet d’agrandissement du centre – Début des perspectives en 2002.

Janvier 2011 : la PMI SOS Kara est devenue Hôpital Mère – Enfant (HME) avec un arrêté ministériel de reconnaissance. Le HME est constitué de 5 (Cinq) Départements : la Médecine, la Maternité, la Pédiatrie, l’Hématologie et un Laboratoire.

Village d'Enfants SOS (VESOS) Kara

bandeau VESOS Kara

Le village d’enfants SOS (VESOS) Kara fut créé le 18 Novembre 1979 sous l’impulsion des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé et particulièrement la Sœur Emmanuelle MULER. Elle rencontra d’abord Hermann GMANEIR en France puis à l’hôtel de la Paix lors de son passage au TOGO en 1976. Les maisons furent construites en trois temps : 5 maisons au départ, 1986 un complément de 6 maisons et la douzième lors de la rénovation en 2007.

L’effectif actuel du VESOS Kara est de :

  • 43 jeunes;
  • 95 enfants;
  • 11 mères SOS;
  • 7 tantes SOS;
  • 5 éducateurs de Jeunes;
  • 5 Agents des Services Généraux sous la responsabilité du Responsable Administratif et Financier du Site du Programme SOS Kara;
  • 1 Assistante Sociale sous la Responsabilité de la Responsable du Service Psychosocial du Site du Programme SOS Kara.

Infrastructures :

  • 11 maisons familiales ;
  • 1 logement du Coordonnateur des Familles SOS;
  • 1 Bloc administratif (administration du VESOS, le Service Psychosocial et 3 chambres pour hôtes);
  • 1 maison des Hôtes avec 4 chambres;
  • 1 magasin pour stockage de vivre et non vivre;
  • 1 atelier pour les Services Généraux;
  • 1 guérite pour les services de sécurité;
  • 1 puits à pompe immergée en panne;
  • 1 terrain de jeux avec tribune.

Jardin d'Enfant SOS (JESOS) Kara

bandeau JESOS Kara

Il est créé en 1982. Le JESOS est situé dans l’enceinte du Village d’Enfants (Programme Famille SOS). Il comprend deux bâtiments et une cuisine. Le premier bâtiment abrite le bureau de la Directrice et la salle de la petite section ; le second abrite les deux salles (moyenne section et grande section) et les toilettes.

La mission du JESOS est d’éveiller les capacités naissantes chez chaque enfant et de l’accompagner dans son épanouissement. Quatre (04) Educatrices (dont une Sœur directrice) et une dame chargée de la cuisine s’occupent de ces enfants.

On y trouve les jeux suivants : le tourniquet, le toboggan, la balançoire, les buses, la balançoire à bascule.

Ecole Primaire Hermann Gmeiner (EPHG) Kara

bandeau EPHG Kara

Elle a existé depuis 1979 sous l’appellation de « Ecole Catholique de Lama-Feing » avant d’être reprise en 1999 par l’Organisation SOS Villages d’Enfants en devenant ainsi « Ecole Primaire Hermann Gmeiner ».

Elle compte cinq bâtiments avec un total de 12 salles de classe, deux salles d’éducation spécialisée, le bureau du directeur et de la secrétaire. Les cours vont du CP1 au CM2 en deux groupes (A et B).

Treize (13) enseignants (4 femmes et 9 hommes) dont un éducateur spécialisé encadrent 393 élèves, parmi lesquels, 57 du Programme famille SOS et 7 du Programme famille d’origine. Le directeur, la secrétaire caissière et un agent d’entretien complètent le personnel de l’EPHG. Les résultats au CEPD sont de 100% depuis plus de 15 promotions successives.

Collège Technique Hermann Gmeiner (CTHG) KARA

bandeau CTHG Kara

Le collège a ouvert ses portes en septembre 2010 et forme de la 2nde à la Terminale dans les filières électronique (F2) et électrotechnique (F3). L’effectif actuel des élèves est de 125 élèves sans les secondes sur une capacité de 180.

Il comporte :

  • Un bloc administratif ;
  • Un bloc pédagogie avec 6 salles de classe, une salle informatique et un laboratoire;
  • Trois ateliers;
  • Des sanitaires;
  • Un complexe sportif.

Le collège emploie actuellement un personnel composé de :

  • Un (1) Directeur ;
  • Un (1) Chef Travaux ;
  • Trois (3) enseignants (2 d’Electronique et 1 d’Electrotechnique) ;
  • Un (1) Surveillant Général;
  • Un (1) Secrétaire-caissier ;
  • Une (1) Comptable ;
  • Un (1) Agent d’Entretien.

Les enseignants des matières générales (Français, Anglais, Histoire-Géographie, Education Physique et Sportive, Entrepreneuriat, Physique Chimie) sont des externes.